Au secours, j'ai perdu l'odorat !

Dernière mise à jour : 17 mai

En ce 27 Février 2022 est la Journée Mondiale de l’anosmie, c’est pourquoi je souhaitais vous évoquer l’impact de la perte de l’odorat et du goût sur le quotidien, et ce que la sophrologie peut apporter aux personnes qui en souffrent.



L'anosmie, se traduisant par la perte totale de l'odorat, est un handicap sensoriel, qui peut être temporaire ou permanent. Dans certains cas, considéré comme une baisse de qualité de l'odorat, est évoqué le terme d'hyposmie.

Encore fort méconnu avant l'actuelle épidémie de SARS-COV-2, depuis, beaucoup de personnes touchées par ce virus ont momentanément connu ce symptôme, cette annihilation olfactive, et ont témoigné de son impact assez déstabilisant sur leurs vies.

Fort heureusement, dans ce cas de contagion la Covid 19, et après un certain temps, l’odorat revient. Il en va de même pour la perte de goût, nommée ageusie.





C’est toujours lorsque nous sommes privés de l'un ou de ces deux sens, nous nous rendons indéniablement compte de leur importance et de leur préciosité dans notre vie. Que cette altération des odeurs soit momentanée ou irréversible, ne plus sentir les goûts et les odeurs peut constituer un choc et être difficilement vécu, entrainant beaucoup de questionnements. Ce handicap, invisible et ô combien déstabilisant, peut altérer la qualité de vie et faire perdre certains repères quotidiens, goût et odorat étant fortement liés entre eux : - perte d'appétit causée par l’absence de saveurs, glissant sur de potentiels troubles alimentaires ou, au contraire, augmentation de la quantité des prises alimentaires ;

- baisse de libido et de l'élan amoureux ;

- incapacité à sentir les mauvaises odeurs corporelles ;

- repli sur soi, pouvant entrainer une dépression...

En parallèle, il est important de prendre en compte également l'aspect altéré de sécurité qui en découle : impossibilité de sentir l'odeur du feu, du brûlé, d’un incendie, d’une fuite de gaz, d’un produit chimique ou d'un repas avarié, par exemple....

Heureusement, lorsque cette perte de sens est momentanée, des pratiques de rééducation olfactive existent et sont adaptées en fonction de l’origine des symptômes. La sophrologie a également toute sa place dans l'accompagnement des personnes qui souffrent de ces troubles : en mobilisant nos capacités à évacuer le stress, qu’il soit physionomique et / ou psychique, elle permet de prendre en considération nos émotions, de baisser la pression, les angoisses, les peurs associées aux pathologies, et de retrouver un espace-temps de repos, dans lequel le flux de pensées peut s’apaiser, où le corps peut décharger les tensions et ensuite accéder à une forme de détente. Aussi, les intentionnalités des séances peuvent amener à stimuler le corps afin de gagner en tonus et en vitalité, selon les objectifs et l’état de la personne. Le point de mire des séances est de mobiliser de façon consciente nos ressources personnelles afin de garder en soi les capacités d’adaptation, les perceptions des possibilités de « positif », et l’utilisation de notre mémoire sensorielle, afin d’alimenter le réseau neuronal et de le stimuler. Ici le travail mnésique a toute son importance pour redonner du lien et de l’information sensorielle, puisque les neurosciences ont démontrées depuis longtemps l’impact des neurones miroir : le simple fait de visualiser ou de projeter une intention permet d’activer les circuits neuronaux, mis à mal pendant la période symptomatique, le cerveau créant du lien entre les images mentales et la réalité, le souvenir des odeurs réactivent les circuits dédiés. La pratique régulière d’exercices de sophrologie participe activement à la reconquête de son bien-être: en écoutant et en observant à la fois les pensées, les émotions et les ressentis corporels, elle permet d'ouvrir un espace en soi et pour soi où certaines problématiques peuvent se laisser voir entièrement, être acceptées, accueillies et où le mieux être peut grandir et s’installer durablement.

Il m'est également essentiel, avec mes clients, de diffuser la connaissance autour du fonctionnement de notre système nerveux neurovégétatif, car il influence en grande partie le fonctionnement global du corps. En permettant de découvrir, de comprendre et de reconnaître ces processus, et en regardant nos pensées, nos émotions et nos ressentis corporels, nous nous permettons de mieux nos fonctionnements et de trouver nos propres changements de perspectives, de regards, de façon de vivre les choses de la vie.

Pour plus de renseignements, voici l'association exclusive : www.anosmie.org

Pour venir me consulter en séance : www.vd-sophrologie.com


18 vues0 commentaire